Mnémosyne – Le commencement

Au mois de septembre dernier nous avons terminée notre mémoire de fin d’étude qui avait pour sujet “Mémoire et synesthésie”. Ce texte avait plus but de mettre en lumière les liens entre hypermnésie et synesthésie. Il y était démontré que des sujets présentant des synesthésies avaient également des facilités en mathématique, dans l’apprentissage des langues étrangères et maternelles et en règles général avec tout ce qui touche à la mémorisation.

Ce mémoire introduit notre projet de fin d’étude. Projet devant être présenté en juin 2018, validant cinq années d’étude mais étant aussi un première marche vers notre avenir professionnel

Ce projet c’est Mnémosyne, la gamme de jouet multi-sensoriel. D’abord pensé comme un série de trois jouets et jeux accès sur l’apprentissage de la langue et des mathématiques (l’alphabet multi-sensoriel, les cartes mathématique et le boulier numérique), il s’est restreint aujourd’hui à la présentation d’un seul jeu : les cartes mathématiques.

Ces cartes s’appuient sur les principes de méthodes Major (ou “code chiffre-son”). Celle-ci est utilisée pour mémoriser des suites de chiffres aléatoires. Le code consiste à remplacer chaque chiffre de 0 à 9 par le son d’une consonne (0 par “ch”, 1 par “t”, 2 par “n”, et ainsi de suite). Après avoir codé chaque chiffre, on peut créer des mots pour chaque nombre ( 1 : “t” et 2 : “n”, 12 : “tina”, “tunnel”, “tanner”).

Les cartes mathématique sont une série de 100 cartes, de 0 à 99, représentant chacune un mot traduit avec ce code. Nous avons associé un élément graphique à chaque mot et également une couleur à chaque chiffre (0 : violet, 1 : indigo, 2 : bleu ciel, etc.) multipliant les facteurs différenciants de chaque nombre.

Ceux-ci ne sont plus simplement abstraits mais sont associés à plus de sensations que simplement leur valeur numérique, ainsi 54 n’est plus simplement “cinquante-quatre” mais également, “jaune+vert”, “S et D” : “SODA” et l’illustration de celui-ci.

Le principe de ce jeu repose sur les systèmes d’encodages. Il est prouvé qu’une information qui est encodée par le plus de biais possibles lors de son apprentissage est plus facilement retenue et plus “mémorable”. Prenons l’exemple de l’apprentissage du mot “voiture”, elle a une forme, une couleur, une odeur peut-être, elle fait “vrooum”, autant de chemin par lequel le cerveau va pouvoir passer pour se remémorer à la vue ou à l’écoute du mot “voiture”.

À l’aide des cartes mathématique, l’apprentissage de série de chiffre, tel que les nombres premiers, le nombre Pi, ou encore les tables de multiplication seront grandement facilité pour celui qui aura fait l’effort d’apprendre ce code “chiffre-son”.

Les cartes sont accompagnées d’un livre qui conte les histoires des nombres. Les nombres premiers de 1 à 100 sont racontés dans une histoire employant les mots traduisant “02, 03, 05, 07, 11, 13” etc.

Ces histoires sont elles-même illustrées par les images et les couleurs associées aux chiffres. Le conte devient alors une paysage visuel et sonore pour l’enfant en apprentissage.

Ce projet est encore en cours de développement, et sur notre blog nous espérons que vous pourrez en suivre toutes les étapes de production, jusqu’à la présentation finale de celui-ci devant un jury de professionnel lors de l’exposition des grands projets de l’école e-artsup les 7, 8 et 9 juin 2018.

Nous vous remercions pour l’attention que vous portez à ce projet, n’hésitez pas à partager et à commenter nos publications pour nous aider à nous améliorer et nous développer !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Commentaires récents
    Catégories
    Twitter
    Please fill all required widget settings!