Je me ferais bien un petit jeûne

Me voici prête à démarrer mon jeûne de six jours demain matin. Cela fait deux jours que je ne m’alimente plus que de fruits et de légumes (en tajine ou crus) et on peut le dire : j’ai la dalle. Sévère. J’ai petit-déjeuné mes deux bananes et mes figues, délicieuses au demeurant, il y a deux heures et ça creuse déjà. Mais cette expérience devrait vraiment être intéressante. J’ai commencé à lire “l’art de jeûner”, du médecin Françoise Wilhelmi de Toledo et j’apprends un nombre fou de choses sur les bienfaits de la privation alimentaire. Et notamment sur le caractère naturel du jeûne. Si on suivait les saisons, on ferait comme dans le règne animal et l’hiver venu, on aurait beaucoup plus de mal à s’alimenter. On ferait un stock de graisse à l’automne et on attendrait le printemps pour re-manger des plantes. Nos habitudes alimentaires ont évidemment changé avec notre technologie mais notre corps est bien fichu et est toujours capable de se nourrir de ses réserves pour faire marcher la machine à vide de temps en temps. Mettre en veille notre système digestif pendant un temps devrait aussi nous amener à avoir les idées plus claires, à nous concentrer sur autre chose que notre faim, qui rythme notre journée.

La spiritualité est très liée au jeûne, c’est un moment pour communier spirituellement dans beaucoup de cultures (le ramadan, le carême, pessah, sont des moments de restriction alimentaire liés à la foi de façon évidente). Personnellement je ne déborde pas de spiritualité mais je peux user de ce moment pour faire le point sur les éléments de ma vie, mon avenir, mon voyage etc… Nous verrons comment je me sens demain à la fin de ma première journée !

Jour 1, samedi :

La première journée de mon jeûne vient de s’achever. Une journée relativement agréable par rapport à hier. Mon vendredi a été pour le moins pénible… La descente alimentaire à base de fruits m’a laissée dans l’après-midi avec un gros mal de tête, étrangement différent des migraines que j’expérimente une fois par semaine généralement. Je me sentais fatiguée et mal… Je me suis mise au lit tôt, avec une bouillotte sur le foie et une serviette fraîche sur la tête. J’ai finalement dormi 10h30 ! Et ça m’a fait du bien, au réveil je me sentais en forme, prête à faire la grande balade prévue aujourd’hui. Tour en 4×4 dans la région d’Essaouira. Superbe. La pause déjeuner a été facile à supporter, j’ai bu de l’eau fraîche et c’est bien ce dont j’avais besoin. Bien que j’aie eu parfois de très légères sensation de tournis, un peu comme si je m’étais levée trop vite, je n’étais pas mal du tout.

Rentrée de ma balade je me suis reposée une heure puis suis allée prendre le bouillon avec mes camarades jeûneuses. Autour d’une présentation de la semaine par Anne-Gaëlle, Leïla et Khadija (une troisième naturopathe encadrant le stage), nous avons appris à nous connaître et à avoir plus de détails sur cette semaine. Les profils sont assez éclectiques. Ils vont de la grande débutante, comme moi, à la femme faisant des jeûnes depuis 20 ans, 3 fois par an ! Tout le monde est venu seul, sauf une mère et sa fille qui font ça ensemble (je trouve ça super). Je sens que je vais beaucoup apprendre des expériences de chacun. L’aspect groupe de cette retraite est aussi très important.

Je me couche en forme, et assez réveillée à vrai dire ! Sans maux de tête ou sensations étranges. Quoique… J’oubliais que nous avons bu un lavement tout à l’heure avant le bouillon … Je vous passe les détails mais ça va nettoyer tout mon système digestif ouh yeah !

Jour 2, Dimanche :

Je me couche après deux jours sans manger. Niveau santé, je vais bien, tout va bien (je suis gai, tout me plaît) : ma tension est bonne, mon poids met les voiles mais ça, après tout, on ne va pas se plaindre, je ne me sens pas trop fatiguée dans la journée, c’est pas si dur que ça en fait !

Le matos du jeûneur : jus de légume dilué dans de l’eau, tisanes et bouillottes

Bon présentement j’ai faim mais c’est aussi sans doute parce que je viens de regarder plein de photos de nourriture healthy sur Instagram (une sorte de bonne idée quand on ne peut pas manger) mais c’était surtout pour trouver plein de recettes à faire quand je finirai mon jeûne et puis pour me projeter un peu. Je commence à me dire que j’aimerais vraiment réussir à réduire la viande au maximum durant mon séjour, et pourquoi pas devenir vraiment végétarienne d’ici la fin. De toute façon, en Inde, je serai au régime végé forcé alors autant s’y préparer tout de suite !

En ce qui concerne le déroulement de la journée, nous avons commencé par un jus de légumes suivi d’une séance d’éveil avec Leïla : quelques poses de yoga et une méditation guidée. Super pour faire circuler l’énergie nous a-t-on dit. Nous avons fait une balade de trois heures à la plage de Diabat ce matin, longeant la mer puis revenant par une forêt de mimosas et d’eucalyptus. Magnifique et vivifiant, avec un vent bien frais et revigorant. Après ça, un bon déjeuner (ha-ha-ha), à base d’infusion citron-gingembre nous a été servi avant d’aller prendre un repos bien mérité. Sieste puis piscine et bronzette/lecture. J’avance mon livre sur le jeûne. Dans la soirée nous avons bu le bouillon toutes ensemble en partageant nos sensations. Khadija nous a présenté un exposé sur le système digestif, passionnant. Vous savez comment ça marche exactement dans notre corps ? Moi j’écoutais pas tellement en SVT, alors j’en ressors grandie ! Ça donne envie de faire très attention à cequ’on lui offre pour se nourrir.

Sur la place de Diabat

Dar Soltane (la maison du sultan) palais du XVIIIème siècle datant de la création de la ville.

J’ai aussi appris des tas d’infos sur les systèmes nerveux sympathique et parasympathique, le stress, le calme, l’état de détente dans lequel je vais me sentir d’ici un ou deux jours. Comment mon corps va s’alimenter alors que moi je ne lui donnerait plus de carburant. Vraiment bien fichu tout ça ! Vivement demain pour découvrir de nouvelles prouesses dont mon corps est capable, brave bête.

Jour 3, Lundi :

Aujourd’hui journée en dents de scie… Un réveil compliqué suivi d’un retour au lit à la place de la balade quotidienne (dommage, j’ai raté la visite d’une oasis…). J’ai passé la journée à dire : “mince, je me suis encore levée trop vite”. Ma tête tourne un peu mais, allongée, tout va plutôt bien. J’ai eu un léger mal de crâne vers midi. Il est passé puis est revenu dire bonjour en fin de soirée. Il a planté son campement pour la nuit visiblement, j’espère qu’il aura filé au réveil.

Du fait de ma faible condition, je ne me suis pas beaucoup activée aujourd’hui. Sortie définitivement du lit à 13h30, je suis allée me rafraîchir à la piscine, me réchauffer au soleil et discuter avec mes camarades de jeûne qui sont définitivement tous très sympas. L’une d’entre nous a choisi de quitter l’aventure ce matin. Elle ne se sentait pas bien, s’est évanouie, a vomi. Elle a assez mal supporté la purge qu’elle a bue hier soir. Inquiet, son mari lui a conseillé de rentrer tout de suite. Un peu dommage mais il ne faut pas se forcer, ce sera pour une prochaine fois.

Assise au bord de l’eau, seule, alors que tout le monde est occupé à autre chose, je profite d’un moment de calme, très zen. C’est un des effets que le jeûne finit par procurer, une sensation de bien-être. C’est la première fois de la semaine que je l’ expérimente et c’est plutôt rapide mais j’ai vraiment cette sensation d’être presque dans un état méditatif. Je regarde mes pieds danser au fil de l’eau et je me sens flotter, profondément heureuse (en même temps je suis au soleil dans une piscine, ça aide un peu).

Sur le coup de 17h, je suis allée au hammam me faire faire un soin au savon noir, gommage et rassoul. Ma peau est soyeuse comme les fesses d’un nouveau-né. C’était revigorant.

Dans la soirée, Anne-Gaëlle nous fait un exposé de deux heures sur comment bien s’alimenter ! Il y a des photos de nourriture sur chaque slide, ce qui empêche de se concentrer. Ombline, une jeune fille de 24 ans qui fait le jeûne avec sa mère, m’avoue qu’elle a passé la journée à regarder des photos de bon petits plats sur Instagram, mais des recettes healthy. Comme je suis heureuse de ne pas être la seule zinzin à faire ça !

La présentation nous apprend notamment que les fruits en fin de repas, ce n’est pas une bonne idée… Damned. Pas bon pour la digestion. On mange quoi alors pour faire croire après une grosse raclette que quand même on fait attention ? Eh bien rien, le conseil qui fait mal du jour c’est qu’il vaut mieux ne pas prendre de dessert en règle général… Il ne faut pas non plus trop chauffer ses aliments, mais par contre bien faire tremper les légumineuses au moins 8h avant et pour mes projets de végétarisme, manger un oeuf tous les matins mais en gardant bien le jaune fondant.

Je m’endors, la tête un peu lourde : les effets kiss-cool du jeûne devraient se faire sentir demain, j’ai hâte.

Jour 4, mardi :

Je me réveille d’un sommeil agité mais en forme. On a passé le plus dur ! Mon système nerveux a compris que tout allait bien et que je n’allais pas mourir et est passé en mode cool, sur le système para-sympathique. Les sensations de faim ont presque disparu (seul planent des idées de repas potentiel mais faciles à supporter). Au réveil, on prend ma tension qui est normale et mon poids qui est en train de chuter à vue de nez. Entre hier et aujourd’hui : 1,3 kilos de perdus. La veille, c’était 400g.

Nous faisons toujours notre éveil matinal à base de yoga et de respiration puis partons en balade le long d’une plage où malheureusement je crame sévère… Le hammam d’hier à rendu ma peau beaucoup plus sensible et les UV attaquent de toutes leurs forces. Ce soir, j’irradie mais demain j’espère ça sera déjà un peu passé.

Tu ne le sais pas encore, mais tu es déjà brûlée

On ride la dune

La “cascade” de sable

Un pêcheur nous montre son butin, des algues qu’il vendra aux japonais !

Un autre a attrapé un muraine, miam !

Le ciré jaune, très tendance ici aussi

Tu ne le sais toujours pas mais tu es encore plus brûlé

Rentrée de balade, je suis restée à l’ombre de ma chambre pour profiter de la fraîcheur, me regarder une petite série parce que ça faisait longtemps, et dormir.

Ce soir, exposé sur l’hygiène de vie et comment mettre en place de bonnes habitudes. Un peu plus de lieux communs que les derniers jours mais quand même de bonnes idées à piocher !

Je me couche en forme, bien réveillée. J’espère que je vais mieux dormir que toute ces nuits.

Jour 5, mercredi :

Nous voici le 5ème jour de ce jeûne et force est de constater que ça ne va pas si mal (pour quelqu’un qui a choisi volontairement de ne plus s’alimenter, j’entends). Nous partons plus tôt que d’habitude en balade pour éviter la chaleur mais paradoxalement nous sommes trop fatigués pour marcher, alors nous rentrons vite. Nous visitons le souk que je suis déjà allée voir mercredi dernier à Ida Ougourd et la coopérative d’huile d’argan Kaouki (et cette fois, j’ai mon appareil !)

Je tente de casser la coque des fruits d’arganier (dedans se trouve l’amande avec laquelle on produit l’huile d’argan), eh bien c’est très galère, les femmes berbères fond ça pendant des heures et heures pour quelques sous.

Ma tension est à 9 au réveil mais nous refaisons un mesure et elle monte finalement à 10. J’évite toujours de me lever trop vite mais j’ai la forme. Je suis un peu déçue car je dors toujours mal et que je n’ai pas encore vraiment senti ce pic de vitalité ou cette légère euphorie qu’on m’a promis… J’ai faim mais à part ça, je ne me sens pas trop changée. C’est décevant… J’espère que je vais quand même avoir d’autres effets positifs avant de rompre le jeûne vendredi midi. J’ai presque envie de continuer pour voir ça.

Dans l’après-midi, Anne-Gaëlle nous passe un reportage Arte sur le jeûne et ses bienfaits. C’est fascinant. Des études montrent les mérites que cela peut avoir sur de l’arthrite, de l’asthme, ou, plus surprenant, en prévision d’une chimiothérapie. Les cellules privées de nourriture se mettraient en mode “survie” et se protègeraient tandis que les cellules cancéreuses, privées de sucre supporteraient très mal ce changement et seraient encore plus vulnérables au traitement. Un jeûne quelques jours avant aiderait les patients à supporter les effets secondaires de la chimio.

Ce soir, Leila nous présente la permaculture. Je ne détaillerai pas le processus ici mais ça repose sur un principe d’écoute de la nature et de nutrition de la terre reproduisant un milieu vierge de culture humaine. Après cela nous discutons un grand moment avec le groupe.

Le parking local

Les étales du souk (on pèse encore à la balance classique)

“Y sont bon mes légumes (qui trainent par terre)”

Les pastèques géantes (je recommande pas de manger celles coupées sur place, certains ont essayé, ils ont eut des problèmes)

L’esprit de communauté c’est le gros plus de cette semaine. Chacun partage ses expériences, comment il pense que le jeûne peut l’aider. On s’entraide, on papote, c’est un peu la colo. Je suis très impressionnée de voir autant de femmes chefs d’entreprises autour de moi, ou à minima avec une belle carrière. Des femmes forte qui mènent leur barque et prennent les quelques semaines de vacances qu’elles ont pour prendre soin d’elles et de leur corp. Elles abordent notamment les questions de pressions alimentaires du monde de l’entreprise, les déjeuners-clients avec leur lots de repas au restaurant ou les cocktails entre collègues. Compliqué pour une femme arrivant à la cinquantaine de garder sa vitalité et aussi sa ligne quand on a beaucoup de stresse au travail. Mais elles cherchent leurs propres solution et m’impressionnent beaucoup. Elles sont toutes d’une profonde gentillesse envers moi, et entre elles.

J’ai encore quelques nausées en me couchant (c’est le foie qui bosse à fond)  mais j’ai pris de l’homéopathie qui devrait m’aider à mieux dormir, je croise les doigts.

Jour 6, jeudi :

Et voilà on y arrive. Demain, ce sera le dernier jour de jeûne. A midi, nous romprons notre diète avec deux pruneaux et des graines de lin (grosse folie, les meilleurs pruneaux de ma vie sans doute) et le soir nous mangerons un repas de fête à base exclusive de légumes, qui va être si délicieux.

Spoiler alerte… Les pruneaux de demain

Que peut-on dire de cette expérience maintenant qu’elle touche à sa s’achève ? Globalement je reste un peu sur ma faim (ha-ha). Même si j’ai trouvé fascinant de voir comment le corps pouvait s’adapter à une longue privation et que c’était vraiment impressionnant de voir que l’on peut marcher trois heures par jour sous le soleil et ne pas se sentir mal alors qu’on roule avec zéro calorie, j’ai quand même le sentiment que je n’ai pas vécu les éveils spirituels et les sensations de bien-être offerts par la sérotonine qu’on m’avait promis. J’ai eu faim, pas mal de petit bobos dus à l’élimination des toxines (donc que j’ai pris avec le sourire, en me disant que ça devait aller dans le bon sens), du genre maux de tête et douleurs musculaires. J’ai perdu beaucoup de poids, et même si ça peut faire plaisir, ce n’était pas ce que j’attendais de cette semaine en priorité (depuis vendredi dernier j’en suis à 3,6 kilos perdus et sans doute encore un peu demain et pendant la reprise).

 

Aujourd’hui, c’était balade aux cascade de Sidi Mbarak

Pour notre dernière balade, Claude nous lis un texte extrait de ” …” (insérer texte quand j’aurais demandé à Leïla)

Sous la dune

Les plus courageuses se baignent

On a toujours la forme !

Parce que oui, ça ne s’arrête pas comme ça d’un coup et hop on peut manger ce qu’on veut. Il va falloir faire le chemin inverse et réintégrer petit à petit les légumes et fruits, les céréales, les légumineuses et enfin le poisson et la viande. Mais je vais sauter cette dernière étape. J’ai décidé de profiter de cette semaine de jeûne pour changer mes habitudes alimentaires et enfin passer au végétarisme ! Des oeufs bio au petit déjeuner et du fromage me suffiront amplement. Oui, mettre fin à la côte de boeuf et aux côtelettes d’agneau va être un lourd sacrifice mais je suis prête ! Et le bacon, plus jamais de bacon… Je crois qu’il faut prendre ça comme on arrêterait la cigarette. À force on en aura plus du tout envie.

En fin de compte, ce que j’ai le plus apprécié dans cette expérience, c’est l’esprit de groupe ! Mes camarades jeûneurs étaient tous très sympathiques, avec leurs histoires personnelles, leurs expériences. J’ai essayé d’apprendre de chacun et chacune. C’est aussi important pour la jeune fille que je suis d’entendre les vies de toutes ces femmes, les difficultés qu’elles rencontrent entre gestion d’une carrière, d’une famille et d’un équilibre alimentaire et de leur santé. Pour elles, c’est un vrai défi. Prendre de bonnes habitudes maintenant peut vraiment me donner un avantage pour affronter la vie qui m’attend à mon retour.

Est-ce que je vous recommanderais le jeûne ? Oui ! C’est quelque chose à expérimenter pour mieux voir de quoi son corps est capable et du même coup se connaître un peu mieux. J’ai fait le bilan sur les sensations de cette semaine mais j’attends aussi de voir les effets sur le long terme si je conserve de bonnes habitudes alimentaires (bio, cru, riche en oméga 3 et 6, sans produits raffinés, etc…). Je n’ai pas de graves soucis de santé à régler par le jeûne mais je voudrais voir les effets que cette pratique aura eu sur mes migraines. Rien à signaler cette semaine en tout cas, il va falloir surveiller ça. De toute façon, il est évident que ça ne peut être que bénéfique, reste à savoir jusqu’à quel point.

Bonus jour 7, Vendredi :

C’est FI-NI ! J’ai enfin mangé, et je me sens super bien ! C’est exactement la sensation qu’il me manquait. C’est terrible de dire ça alors que j’aimerais avoir la sagesse de dire que vivre le ventre vide, c’était de la nourriture pour l’esprit mais quand même, cette sensation de petit creux ne m’a jamais quittée et je suis contente de l’avoir comblée.

 

Nous nous sommes baladés à Essaouira dans la médina ce matin, avec un guide. Deux jeunes filles ont demandés si elles pouvaient me prendre en photo puis faire un photo avec moi. Serais-je une star locale ? Le guide m’explique qu’elles font une chasse au trésor et qu’elles doivent avoir quelque chose d’original. Voilà, après les femmes à barbe, les femmes tatouées, j’hésite à m’engager dans le cirque du coin.

Notre belle table, avec des fleurs du jardin

Nous avons fait ce soir un fastueux banquet de crudités en tous genres, toutes du jardin et c’était un des meilleurs repas light de ma vie. Tout avait tellement de goût ! Comme on nous l’a appris, j’ai mastiqué 20 ou même 30 fois mes aliments pour bien les digérer et profiter des saveurs plus longtemps. Un super moment de groupe. Anne-Gaëlle nous a même fait la surprise d’inviter un groupe de musique Gnaoua qui a fait le chaud toute la soirée.

On essaye de pas trop piocher dans les préparatifs

Digne des meilleures blogueuses végé

La suprise !

Si je devais dire une dernière chose, c’est qu’on ne prend pas assez le temps de regarder ce qu’on a dans son assiette. Quand on n’a rien eu dans le ventre depuis une semaine, on prend chaque bouchée comme une hostie, avec respect, on mâche longtemps, on apprécie à sa juste valeur ce qu’on a la chance de manger. Ralentissons le rythme et regardons bien au fond de nos assiettes !

La semaine de jeûne c’est fini. Maintenant, il faut retourner au boulot ! Demain, petit dej’ à 8h, en cuisine à 7h30 !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *